La Société des écrivains normands choisit ses lauréats…

                                                                  Franck Buleux, président de la SEN

 

Chaque année, le tout-Paris bruisse de rumeurs avant que ne « tombe » le prix Goncourt qui récompense des auteurs d’expression française, créé par les dispositions post-mortem d’Edmond de Goncourt en 1892.

Plus modestement, la Normandie attend, chaque automne, les lauréats des prix littéraires désignés par la Société des écrivains normands, fondée en 1923, il y a déjà près d’un siècle. Au demeurant, savez-vous qu’une de nos sociétaires, résidant à Caen, a cent ans ? La pérennité de notre association littéraire n’est ainsi plus à démontrer !

Aussi, le jury du prix Gustave-Flaubert se réunissait, à huis clos, vendredi 5 novembre 2021 au cœur de la Normandie, à Lisieux.

Ce prix se révélait d’importance car il marquait le bicentenaire de la naissance de Gustave Flaubert, auteur qui mit la Normandie et les Normands à l’honneur ! La cuvée 2021 s’annonçait des meilleurs avec 12 postulants, tous d’une qualité littéraire remarquée par nos jurés, dont je faisais partie en tant que président de la Société des écrivains normands.

Notre difficile choix s’est porté sur un roman de Michelle Brieuc, Le bar de l’Odéon, paru aux Éditions des Falaises, qui nous fait partager sa passion de l’art théâtral dans le cadre d’une passion amoureuse. Le théâtre n’est-il pas l’expression visuel de la vie ? Un art vivant qui permet d’intégrer un spectacle dans son intégralité : le corps, le gestuel, l’expression, la sonorité vocale… Un morceau de vie ! Nous espérons retrouver Michelle Brieuc (du nom du chef-lieu des Côtes d’Armor dont elle est originaire) lors de notre assemblée générale prévue le samedi 4 décembre 2021 à Lisieux.

Mais au vu du nombre de participants et des résultats serrés, La fiancée de l’Amérique, de Laëtitia Rice, paru aux Éditions des Falaises (encore !) et L’affaire Levasseur de François Fouquet, paru chez l’éditeur normand L’écho des vagues, ont obtenu, chacun, des mentions spéciales de la part de notre jury : une fresque humaine de l’après Seconde Guerre mondiale pour le premier et une enquête policière au cœur du pays de Bray dans les années Trente pour le second.

Enfin, bicentenaire de Gustave Flaubert oblige, À la table de Flaubert, de Valérie Duclos, paru (toujours !) aux Éditions des Falaises a obtenu le prix spécial Gustave-Flaubert 2021 : un magnifique ouvrage liant la gastronomie normande et l’auteur du XIXe siècle.

Après tous ces mets littéraires, les membres du jury se sont quittés, comblés par tant de richesse littéraire. Bien évidemment, il n’est pas question, ici, de citer les autres candidats au prix Gustave-Flaubert mais qu’ils en soient tous remerciés !

Sans titre.jpg
2021- 11- 05 Lisieux.JPG
l'affaire Levasseur.jpg
la fiancée de l'amérique.jpg
à la table de Flaubert.jpg