Une petite histoire d’A. michel hallet

 

Je souhaiterais écrire une histoire

Qui s'évanouirait trop tôt, dans le noir

De l'encre d'un regard abandonné,

Sans mot sur une feuille, évaporée.

Je souhaiterais, une histoire, écrire

Que chacun ici-bas ne pourrait lire,

Une histoire dans des murs sans oreilles

Qu'une nuit blanche raconte au soleil.

Je voudrais, une histoire, raconter

Sous un ciel bleu sans une seule nuée,

Où ne pourraient jamais, de pseudo-dieux,

Chuchoter des propos trop insidieux.

Je voudrais, une histoire d'un instant,

Écrite en perturbés effleurements

Qui ne nous laisseraient indifférents

Où se tairait las, le ressentiment.

Je veux conter une histoire assoupie,

Une lueur dans un ciel assombri

Qui ne regarde pas et plus personne

Que ne regarde jamais plus personne.

Je voudrais, une parenthèse, écrire,

Contant l'insignifiance d'un sourire

Où l'être devient si peu conséquent

Que chacun le regarde transparent.

Je veux, une presqu'histoire, conter

Qui serait, déjà, presque terminée,

Un bout du temps qu'on ne peut effacer

Et restera en douleur d'un secret.

Je voudrais, le presque interdit, écrire

Qui ne l'est que si quelqu'un peut le dire,

Bien plus loin que soupire la pensée,

Aux portes des secrets trop bien gardés.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now